Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec traductions de chansons rock avec histoire, analyse, vidéos, reprises. All songs + articles in English + Fr.

ROCKTRANSLATION.FR

David Bowie - All The Madmen





 

Me rapprochant des 400 traductions (merci à mes plus de 25000 visiteurs jusqu'ici !) depuis un peu plus de deux ans, j'en reviens à David Bowie, dont l'approche de l'écriture absconse, automatique, burroughsienne me plaît. Ce n'est pas la linéarité sémantique qu'il recherchait en écrivant ses paroles, mais à provoquer par l'assemblage de ses mots un trouble, une stupeur, une perplexité chez les auditeurs qui étonnent année après année, décennie après décennie.
Donc je pensais me retrouver dans cet état perplexe. Rien de ça ici : il a probablement dû écrire cette chanson après avoir été visiter son frère schizophrénique en hôpital psychiatrique. Un texte, sémantiquement linéaire au contraire donc, sur la folie et l'univers carcéral de ces instituts.


 



Librium : médicament à base de benzodiazépine. Un anxiolytique.

E.S.T. signifie : Electrical Stimulation Therapy, électrochocs donc. Ce que son ami Lou Reed a subi jeune en HP.

"dark and grim" : les deux sens, propre et figuré, de sombre.

Ecrit en 1970 pour l'album The Man Who Sold the World.




 




 

Bien après, en visite dans un hôpital psychiatrique :














 















 

 

 


 


E.S.T. stands for Electrical Stimulation Therapy. What his friend Lou Reed had to withstand when he was young and sent to psychatric hospital.

Written in 1970 for the album The Man Who Sold the World.



The Man Who Sold The World album :
 


 


 

David Bowie - Tous Les Aliénés

Jour après jour
Ils emmènent mes amis au loin
Dans de froides et grises demeures
A l'autre bout de la ville
Où des hommes étroits règnent en maîtres
Tandis que les hommes sains y restent terrés

Jour après jour
Ils me disent qu'il se peut que j'y aille
Ils me disent que je risque d'être jeté
A l'autre bout de la ville
Où il ne sert de rien de se droguer
Car le chemin y est si long
Alors c'est ce que je leur dis
Je peux voler, j'hurlerai, me casserai le bras

J'irai à me faire du mal
Me voilà, pied dans la main, parlant à mon mur
Pas trop dans mon état normal... hein ?

Ne me libérez pas, je risque d'être très sombre
Juste mon anxiolytique et moi
Avec mes électrochocs ça fait trois

Car je préférerais rester ici
Avec tous les aliénés
Que de périr parmi les tristes et libres hommes

Et je préférerais jouer ici
Avec tous les aliénés
Car ça me va bien, ils sont aussi sains que moi

Où se peut se trouver l'horizon
Quand une nation cache
Ses cerveaux organiques dans une cave... sombre
Ils doivent vraiment être faibles

Jour après jour
Ils nous enlèvent notre cerveau
Ils me retournent la tête
Vers l'autre bout de la ville
Et me disent que c'est bien réel
Puis demandent comment je me sens

Me voilà, pied dans la main, parlant à mon mur
Pas trop dans mon état normal

Ne me libérez pas, je suis des plus désemparés
Je rejette ma libido
Faites moi une bonne vieille lobotomie

Car je préférerais rester ici
Avec tous les aliénés
Que de périr parmi les tristes et libres hommes

Et je préférerais jouer ici
Avec tous les aliénés
Car ça me va bien
Ils sont aussi sains que moi
Zane, Zane, Zane Ouvre le Chien...

 

 

Toutes mes traductions des chansons de David Bowie, ainsi que de sa nouvelle écrite pour l'album Outside :

http://www.rocktranslation.fr/tag/david%20bowie/

 

 

 

STUDIO 1970 VERSION

LIVE 1987

 

 

David Bowie - All The Madmen

Day after day
They send my friends away
To mansions cold and grey
To the far side of town
Where the thin men stalk the streets
While the sane stay underground

Day after day
They tell me I can go
They tell me I can blow
To the far side of town
Where it's pointless to be high
'Cause it's such a long way down
So I tell them that
I can fly, I will scream, I will break my arm

I will do me harm
Here I stand, foot in hand, talking to my wall
I'm not quite right at all...am I?

Don't set me free, I'm as heavy as can be
Just my librium and me
And my E.S.T. makes three

'Cause I'd rather stay here
With all the madmen
Than perish with the sadmen roaming free

And I'd rather play here
With all the madmen
For I'm quite content they're all as sane as me

(Where can the horizon lie
When a nation hides
Its organic minds in a cellar...dark and grim
They must be very dim)

Day after day
They take some brain away
Then turn my face around
To the far side of town
And tell me that it's real
Then ask me how I feel

Here I stand, foot in hand, talking to my wall
I'm not quite right at all
Don't set me free, I'm as helpless as can be
My libido's split on me
Gimme some good 'ole lobotomy

'Cause I'd rather stay here
With all the madmen
Than perish with the sadmen
Roaming free

And I'd rather play here
With all the madmen
For I'm quite content
They're all as sane as me
Zane, Zane, Zane Ouvre le Chien [rpt].

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article