Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec traductions de chansons rock avec histoire, analyse, vidéos, reprises. All songs + articles in English + Fr.

ROCKTRANSLATION.FR

David Bowie - The Width of a Circle

 

Les paroles, comme souvent avec lui, sont délibérément absconses. Il n'avait pas encore adopté sa technique d'écriture empruntée à William Burroughs, la cut-up technique. Ce qu'il écrivait suffisait déjà à plonger l'auditeur dans un océan de perplexité quant à la signification des paroles. Cette perplexité a toujours été son but par la suite. La cut-up technique viendra encore l'exacerber.

L'abum entier The Man Who Sold The World de 1970 est crédité comme ayant été seulement écrit par David Bowie. Il a été cependant une oeuvre collective, et non fait à la Frank Zappa qui distribuait les partitions de chacun à tous ses musiciens. Peter Doggett a écrit sa biographie dans laquelle Tony Visconti, producteur de l'album, relate :  "Les chansons étaient écrites par nous quatre (
NB : Bowie, Mick Ronson (guitare), Tony Visconti (guitare basse et production), et Woody Woodmansey). On faisait un boeuf dans la cave, et Bowie nous disait juste si ça lui plaisait ou non." Doggett a écrit : "Le groupe (parfois avec Bowie à la guitare aussi, parfois sans lui) enregistrait un morceau instrumental, qui pouvait ou non partir d'une idée originelle de Bowie. Puis à la toute dernière minute, Bowie s'arrachait à contrecœur du  canapé dans lequel il était vautré avec sa femme Angie pour écrire à la va vite des paroles."




 





 

L'info la plus exhaustive que l'on peut trouver sur cette chanson est à trouver sur le blog Pushing Ahead Of The Dame :
https://bowiesongs.wordpress.com/tag/the-width-of-a-circle/ ​​​​​​
Dans lequel l'auteur du blog écrit : "Bowie a probablement écrit “Circle” à la fin 1969, car son premier jet est une exploration country surréelle (qu'il a joué avec sa guitare acoustique à douze cordes) dans la veine des chansons de son album Space Oddity. Sur le premier enregistrement à la BBC de "Width" on peut entendre Ronson se parler à lui-même, remplissant les creux, cherchant de nouvelles approches. Il allait transformer “Width of a Circle” en un titre fait pour la guitare électrique, reléguant Bowie à être un spectateur de l'évolution de sa chanson. En 1973, Bowie laissait Ronson faire un solo de dix minutes sur "Width" pendant qu'il allait dans les loges pour changer sa tenue de scène."
Le blogger explique ensuite pourquoi cette chanson semble être l'accolage de deux idées, dont la dernière est tel un boogie.


Khalil Gibran était un auteur américain d'origine libanaise, un poête et un artiste plasticien, également un philosophe bien qu'il n'aimait qu'on le considère comme tel. Son livre "A Tear and a Smile" (Une larme et un sourire) est devenu populaire dans les cercles de contre-culture hippie des sixties, d'où le fait que Bowie en fasse mention dans cette chanson.

Un autre article de blog se plonge dans une analyse exhaustive de cette chanson, avec une interprétation plus sage quant au titre :

http://popheadquarters.blogspot.com/2010/01/width-of-circle.html




 





 

Got laid by a young bordello: je l'ai traduit par "J'ai couché avec un jeune du bordel" ce qui est un parti pris ("un" jeune). Ce qu'il y a de bien avec la langue anglaise, c'est que les adjectifs ne s'écrivent pas de façon genrée : young peut qualifier une personne masculine comme féminine, sans changer d'orthographe. Bowie n'avait pas encore fait son coming out bisexuel, et donc il passait ainsi sous les fourches caudines de la censure.

Bowie a dit: "Je remets très sérieusement en doute la possibilité que l'on puisse déchiffrer le sens de ces paroles telles que je les ai voulues. Mais bien des gens les ont interprétées comme eux les entendaient. C'est cool, c'est comme ça que doit être une chanson."

Le titre de la chanson est une allusion voilée à une blague obscène qui avait cours à l"époque en Angleterre : "to widen the circle of your friends" (élargir son cercle d'amis) pouvait aussi vouloir dire avoir un rapport sexuel anal avec eux.

 

 

 

 




The lyrics, as he often wrote them, were deliberately abstruse. He had not yet used the cut-up writing technique of William Burroughs. What he wrote then was  enough to plunge the listener into an ocean of perplexity as what they could mean. This enduced perplecity has always been his aim from then on. The cut-up technique will come to enhance this.

The whole The Man Who Sold The World album in 1970 is credited as having been only written by David Bowie. Writing this album was however a collective work, and not done à la Frank Zappa where the single author would have handed every musician with his/her partition. Peter Doggett wrote his biography in which Tony Visconti, the producer of the album, said:  "The songs were written by all four of us (blooger NB: Bowie, Mick Ronson (guitar), Tony Visconti (bass guitar and production), and Woody Woodmansey). We'd jam in a basement, and Bowie would just say whether he liked them or not." Doggett wrote: "The band (sometimes with Bowie contributing guitar, sometimes not) would record an instrumental track, which might or might not be based upon an original Bowie idea. Then, at the last possible moment, Bowie would reluctantly uncurl himself from the sofa on which he was lounging with his wife, and dash off a set of lyrics."




 




 

The most exhaustive info on this song is to found on the Pushing Ahead Of The Dame Blog :
https://bowiesongs.wordpress.com/tag/the-width-of-a-circle/ ​​​​​​
In which my fellow blogger writes : "Bowie likely wrote “Circle” in late 1969, as its first draft is a surreal folkie excursion (centered on Bowie’s 12-string acoustic) in the vein of Space Oddity LP tracks. On the BBC track, the first recorded version of “Width,” you can hear Ronson thinking aloud—filling in spaces, working out angles. He would turn “Width of a Circle” into a high mass for the electric guitar, leaving Bowie a bystander in his own song. By 1973 Bowie was letting Ronson solo for ten minutes on “Width” while he went backstage for a costume change."
And he goes on to explain why this songs sounds like a pasting of two ideas, the latter part being boogie-like.


Khalil Gibran was a American writer of Lebanese roots, poet and visual artist, also considered a philosopher though he did not like to be considered one. Gibran's work "A Tear and a Smile" became popular in the hippy counterculture of the 1960s, hence Bowie mentioning him.

Aonther blog article delves exhaustively into this song, with a more tamed interpretation of its title :

http://popheadquarters.blogspot.com/2010/01/width-of-circle.html




 




 

Got laid by a young bordello: I translated it a being a young male prostitute, which is a parti pris. The good thing about the English language is that it does not commit here as far as what genre the person is: young refers to a male as well as to a female. Bowie hadn't yet come out as bisexual, ans thus here stayed under the censorship radar.

Bowie said: "I very much doubt whether anyone could decipher that song correctly on my level. But a lot of people have deciphered it on their own levels. That’s fine – that’s what a song does.”

The song's title is a quibble on an obscene joke that circulated in England at the time. (To "widen the circle of your friends" is understood here to mean having anal sex with them.).

 

 

 

 

 

David Bowie - La Largeur D'Un Cercle

Dans un coin du matin, dans le passé
Je m’assiérais et accuserais le maître de toutes et une choses
Toutes routes étaient droites et étroites
Toutes prières étaient petites et jaunies
Et courait la rumeur que je vieillissais vite
Je suis alors tombé sur un monstre endormi
Au pied d'un arbre
Et j'ai observé d'un œil noir, et le monstre était moi

Alors j'ai dit bonjour et j'ai dit bonjour
Et ai demandé Pourquoi pas, et ai répondu Je ne sais pas
Donc on a demandé à un oiseau noir, aussi heureux que possible
Et il a eu un rire dément et a blagué à la Khalil Gibran
Et j'ai pleuré tous les autres jusqu'au petit matin
Car j'ai réalisé que Dieu était aussi un jeune homme

Oh j'ai dit à plus et l'ai salué
Me suis déchiré la tête et vendis mon âme
J'ai couché avec un jeune du bordel
Vaguement à moitié endormi
D'où ma réputation partie à vau-l'eau
Et le côté moral de ce moment magique
Négocie ma peau
Quand Dieu fait tourner ma logique en bourrique
(En l'accompagnant)

Il ravala sa fierté et se pinça les lèvres
Me montra le cuir ceinturant ses reins
Mes genoux faisaient trembler mes joues en feu
Il m'a dit jamais tu ne retourneras vers les Dieux
(Demi-tour, repars)

Il frappa au sol, une caverne apparut
Et je sentis brûler le creuset de la peur
On s'écrasa mille yards plus bas
J'ai dit recommence, recommence
(Demi-tour, repars)

Son corps nébuleux vacillait au-dessus
Sa langue enflée par l'amour du diable
Le serpent et moi, un fort venin
J'ai dit recommence, recommence
(Demi-tour, repars)

Respire, respire, respire à fond
Et je boullais de rage, respirant à fond
Crachant la sentinelle, cornue avec une queue
Qui t'attendait, oh.

 

 

 

 



All my other translations + history + versions +covers of David Bowie songs, and also his one and only short novel:

http://www.rocktranslation.fr/tag/david%20bowie/

 

 

Live 1973

Live (quality not too good)

Surge cover

 

 

David Bowie - The Width of a Circle

In the corner of the morning in the past
I would sit and blame the master first and last
All the roads were straight and narrow
And the prayers were small and yellow
And the rumour spread that I was aging fast
Then I ran across a monster who was sleeping
By a tree
And I looked and frowned and the monster was me

Well, I said hello and I said hello
And I asked, why not, and I replied, I don't know
So we asked a simple black bird, who was happy as can be
And he laughed insane and quipped Kahlil Gibran
And I cried for all the others till the day was nearly through
For I realized that God's a young man too

Oh I said so long and I waved bye-bye
And I smashed my soul and traded my mind
Got laid by a young bordello
Who was vaguely half asleep
For which my reputation swept back home in drag
And the moral of this magic spell
Negotiates my hide
When God did take my logic for a ride
(Riding along)

He swallowed his pride and puckered his lips
And showed me the leather belt round his hips
My knees were shaking my cheeks aflame
He said you'll never go down to the Gods again
(Turn around, go back)

He struck the ground a cavern appeared
And I smelt the burning pit of fear
We crashed a thousand yards below
I said do it again, do it again
(Turn around, go back)

His nebulous body swayed above
His tongue swollen with devil's love
The snake and I, a venom high
I said do it again, do it again
(Turn around, go back)

Breathe, breathe, breathe deeply
And I was seething, breathing deeply
Spitting sentry, horned and tailed
Waiting for you, oh.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article