Rock the Casbah est un titre de l'album des Clash de 1982, Combat Rock.

 

Rock the Casbah is a song of the The Clash 1982 Combat Rock LP.

 

 

 

 

 

 

Topper Headon, le batteur qui avait écrit la base mélodique de cette chanson, n'a pas eu l'occasion de la jouer, son addiction à l'héroïne lui ayant valu son éjection du groupe. Il a composé un jour cette chanson avec d'autres paroles, non retenues et réécrites par Joe Strummer. A qui l'inspiration initiale est venue quand leur manager, Bernie Rhodes, trouvait qu'ils trainaient trop en longueur dans leur morceau, leur disant : "Faut-il que tout soit aussi long qu'un morceau de raga ?", ce qui l'emmerdait. D'où ma traduction de boogie man ici par emmerdeur, qui traduit l'intention donnée par Joe Strummer à cette expression dans ce contexte là.

Strummer qui dans la soirée a écrit ces deux premiers vers "Now the king told the boogie men, You have to let that raga drop" en pensant à son manager, mais la suite de la chanson parle de bien autre chose. En 2002, peu de temps avant sa mort, il se confiait à son propos : "Ca m'a fait penser à ce qu'on m'avait dit, à l'époque en 82 on pouvait se faire fouetter en Iran rien que pour avoir un disque de musique occidentale, rock, disco ou autre".

En 1982, journalistes et diplomates pouvaient disparaître du jour au lendemain au Liban. Et la monarchie perse, après 2500 ans de règne, venait d'être renversée trois plus tôt en Iran après l'avènement de l'Ayatollah Khomeiny. Un cinéma a été incendié où 422 personnes ont péri. The Clash n'a pas essayé de faire une tournée là-bas, il n'est pas exactement acquis qu'ils eussent été les bienvenus... Le fait que le rock puisse être interdit dans ce pays les insupportait. 
Strummer en écrivant ces paroles s'est basé sur ce qui se passait en Iran et l'a extrapolé en un pamphlet où le peuple défie le pouvoir conservateur et rétrograde, un pamphlet pour la liberté. 

Après le 11 Sptembre, Les USA ont censuré de leurs radios cette chanson ainsi que d'autres (Walk like an Egyptian, Knowkin' on Heaven's door, etc...), s'imaginant ainsi revenir dans les bonnes gràces des extrémistes islamistes ?? Y a pas, y a des stratèges au Pentagone. Ont-ils oublié Shah Shah A Gogo de The Stranglers ? Possible, je ne saurais le dire. Je vais traduire et raconter cette chanson juste après celle-ci.

Shareef, ou sharif, qui se traduit normalement par chérif, est une position d'autorité. Chérif ressemblant trop à shériff, je l'ai traduit par mollah.

Casbah veut dire forteresse en arabe. Par extension, les vieilles villes qui étaient à l'intérieur de ces forteresses.

ROCK THE CASBAH, que j'ai laissé tel quel, joue sur l'ambivalence des deux mots.
Rock peut vouloir dire "fais bouger, fais rocker, fais danser, joue leur du rock", et peut vouloir aussi signifier "renverse, ébranle, secoue".
La casbah est donc la forteresse qu'il est difficile d'ébranler, mais aussi par extension la vieille ville, la société locale.
Traduire est donc ici impossible sans perdre la versatilité sémantique de l'expression, donc je l'ai laissé telle quelle et j'explicite ici ce qu'a voulu dire Strummer.


 

 

 

 

 

 

The drummer Topper Headon had written the basis of the song, but he did not get the opportunity to play it, his heroin addiction resulting in him being thrown out of the band. The band liked it but Strummer discarded his lyrics and wrote anew other lines. The first inspiration came to him when their manager Bernie Rhodes asked them if every song needed to be “as long as a raga”, as he was annoyed at the tendency to lengthen the duration of the songs. So Strummer said in 2002, a bit before he passed away: "I got back to the hotel that night and wrote on a typewriter, 'The King told the boogie men, You gotta let that raga drop". But the song took another tack. Said he: "I looked at it and for some reason I started to think about what someone had told me earlier, that you get lashed for owning a disco album in Iran."

In 1982, journalists and diplomats had disappeared overnight in Lebanon. And the Persian monarchy, after a reign of 2500 years, had just been overthrown three years earlier by the Khomeiny revolution. A movie theater was set on fire, killing 422 people who were trapped inside.

A band like The Clash wouldn’t be welcomed in Iran, nor would its music be  played. This was unacceptable to the band. In this world where people were in open defiance of such a conservative regime, Strummer's words were about freedom.

The song was one of many to be banned from U.S. radio after the September 11 attacks because Clear Channel deemed it “inappropriate,” along with “Walk Like an Egyptian,” “Knockin’ on Heaven’s Door”. A great tactic to assuage the islamic fundamentalists, surely. Great thinkers in the Pentagon, weren't they? Was Shah Shah A Gogo by The Stranglers also banned ? Dunno, to be quite honest. It's going to be my next translation.

 

 

 


 

 

The Clash - Rock the Casbah

Alors le roi s'adressa à l'emmerdeur
Faut que tu laisses tomber le raga
Le pétrole dans le désert
A jailli jusque tout en haut
Le Sheik conduisait sa Cadillac
Déambulant dans la ville
Le muezzin tenait debout
Sur la grille du radiateur

Le Mollah ça lui plaît pas
Rockin' the Casbah
Rock the Casbah
Le Mollah ça lui plaît pas
Rockin' the Casbah
Rock the Casbah

Par ordre du prophète
Cette musique est bannie
Ca pervertit les fidèles
Avec ce son Casbah de tarés
Mais les Bédouins mirent en valeur
Les percus métalliques
Le joueur de guitare local
La guitare lui a corné son pouce
Dès que le Mollah
A vidé les lieux
Ils se sont mis à chialer

Le Mollah ça lui plaît pas
Rockin' the Casbah
Rock the Casbah
Le Mollah ça lui plaît pas
Rockin' the Casbah
Rock the Casbah

Dans leur lieu de culte
On les a bien entassés
Dedans ils disent, c'est cool
De rechercher cette mélopée
Mais dès que le vent a tourné
Les musiciens l'ont joué cool
La foule a eu un avant-goût
De ce Casbah jive de fou

Le Mollah ça lui plaît pas
Rockin' the Casbah
Rock the Casbah
Le Mollah ça lui plaît pas
Rockin' the Casbah
Rock the Casbah

Le roi a mobilisé ses pilotes de chasse
Leur a dit Faut mériter votre salaire
Larguez vos bombes entre les minarets
Au milieu de la Casbah
Dès que le Mollah a
Eté reconduit au dehors
Les pilotes se sont calés sur
La radio du cockpit crachouillait
Dès que le Mollah a été
Reconduit hors de portée
Les pilotes se sont mis à chialer

Le Mollah ça lui plaît pas
Rockin' the Casbah
Rock the Casbah
Le Mollah ça lui plaît pas
Rockin' the Casbah
Rock the Casbah

Il trouve que c'est pas casher
De base il aime pas ça du tout
Tu vois en fait il en a horreur.


 


 

 

 

 

Studio, live versions, Joe Strummer and the Mescaleros versions,
and a sublime cover by Rachid Taha, previously singer of the
rench band Carte De Séjour : check !

 

 

 

 




The Clash - Rock the Casbah

Now the king told the boogie men
You have to let that raga drop
The oil down the desert way
Has been shakin' to the top
The Sheik he drove his Cadillac
He went a' cruisin' down the ville
The muezzin was a' standing
On the radiator grille

The Shareef don't like it
Rockin' the Casbah
Rock the Casbah
The Shareef don't like it
Rockin' the Casbah
Rock the Casbah

By order of the prophet
We ban that boogie sound
Degenerate the faithful
With that crazy Casbah sound
But the Bedouin they brought out
The electric camel drum
The local guitar picker
Got his guitar picking thumb
As soon as the Shareef
Had cleared the square
They began to wail

The Shareef don't like it
Rockin' the Casbah
Rock the Casbah
The Shareef don't like it
Rockin' the Casbah
Rock the Casbah

Now over at the temple
Oh! They really pack 'em in
The in crowd say it's cool
To dig this chanting thing
But as the wind changed direction
The temple band took five
The crowd caught a wiff
Of that crazy Casbah jive

The Shareef don't like it
Rockin' the Casbah
Rock the Casbah
The Shareef don't like it
Rockin' the Casbah
Rock the Casbah

The king called up his jet fighters
He said you better earn your pay
Drop your bombs between the minarets
Down the Casbah way
As soon as the Shareef was
Chauffeured outta there
The jet pilots tuned to
The cockpit radio blare
As soon as the Shareef was
Out of their hair
The jet pilots wailed

The Shareef don't like it
Rockin' the Casbah
Rock the Casbah
The Shareef don't like it
Rockin' the Casbah
Rock the Casbah

He thinks it's not kosher
Fundamentally he can't take it
You know he really hates it.


 

Retour à l'accueil